logo SV

Sortie Vauhallan

Tabloïd à la gloire de la liste BimBimGo
Dans 1 an et 334 jours, Une nouvelle ère s'ouvrira

<<< >>>

Les dessous de l’AA : la D.A.C

Le 01-07-2014 à 18:55

Pour le premier volet de sa nouvelle rubrique, la Rédaction, toujours à la pointe de l’exclusivité, vous propose une immersion totale dans le monde très fermé de la Direction des Admissions et Concours.

Aussi prisé et rémunéré qu'un stage chez Rothschild ou Morgan Stanley -le travail en moins-, le summer à la D.A.C (prononcer di-aye-si) est en phase de devenir une alternative pour de nombreux HEC. Pour intégrer ce cercle privilégié, les candidats triés sur le volet doivent faire l'épreuve d'une sélection impitoyable (comprendre un screening CV et 5 rounds d'entretiens avoir un papa ou une maman qui travaille dans l'administration d'HEC). Les quelques élus se retrouvent alors parachutés pendant 1 mois à Jouy-en-Josas où ils toucheront des rémunérations inversement proportionnelles à leur productivité. En effet, avec un double-SMIC en poche et avec pour seule mission de végéter sur une chaise en attendant la prochaine pause clope, cette frange de la population ne connaît pas la crise. «C'est plutôt buen», Nous confie l'un d'entre eux. «Mais bon, on a quand même un peu honte par rapport au travail qu'on fournit», Nous glisse-t-il discrètement.

Néanmoins, malgré une utilité sociale douteuse, la DAC n'hésite pas à pousser le professionnalisme jusqu'à son paroxysme en accompagnant les petits admissibles aux soirées de fin de session. Ainsi, chaque soir au Zinc, Nous assistons péniblement à un défilé de dindons (comprendre le contingent féminin de la DAC) effectuant leur parade nuptiale pour charmer Paul Barnini le premier idiot venu. Après leur libido rassasiée, elles retournent à leur poulailler où elles sont contraintes de dormir à plusieurs dans la même chambre car « avec les cuites qu'on se met, c'est impossible de se réveiller », se vante l'une desdites dindes.

Bref, la DAC ou comment balancer l'argent des concours par les fenêtres.

VII