logo SV

Sortie Vauhallan

Tabloïd à la gloire de la liste BimBimGo
Dans 1 an et 334 jours, Une nouvelle ère s'ouvrira

<<< >>>

Les dessous de l’AA : le mystère de l’ombre jaune

Le 03-07-2014 à 08:45

Pour le second volet de sa chronique, la Rédaction va vous conter l’étrange récit de l’incident qui s’est produit dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 Juin. Retour sur le mystère de l’ombre jaune.

Aux alentours de minuit et quart, alors que Paul Barnini persuadait les admissibles que la présidence du Goéland était le plus haut échelon de l'échelle sociale jovacienne, l'alarme incendie du bâtiment M1 se déclencha.

Alerté par l'un de ses indics, l'inspecteur Afilal se rendit immédiatement sur les lieux du crime, pour y trouver un troupeau épars d'admissibles trainant leur corps chétif et décaféiné dans les couloirs de l'Efidis, mais pas la moindre odeur de fumée. Sentant néanmoins le doux parfum des questionnaires de satisfaction négatifs, celui-ci décida tout de même de mener son enquête.

Epris de courage mais surtout de crainte que les rémunérations de l'AA ne soient pas versées, il commença à arpenter les couloirs à la recherche d'éventuels indices.

Au moment de monter l'escalier pour se rendre au 2ième étage, un chuchotement indistinct se fit entendre. Croyant là attraper son coupable, notre inspecteur des plus cocasses se précipita et plaqua la masse informe qui se trouvait en haut des marches. Pas de chance. C'était seulement Nicolas Raque susurrant mielleusement quelques avances indélicates à une admissible (la Rédaction s'étendra plus tard sur cet idylle digne des plus beaux romans d'amour).

Déterminé à débusquer le fautif, Mehdi continua son chemin en direction de l'aile ouest du bâtiment. Arrive au croisement, il constata que l'étage était aussi vide que la boîte crânienne d'Eva Morand.

Alors qu'il s'apprêtait à redescendre, une seconde alarme se déclencha et au même moment une ombre furtive traversa brusquement le couloir. Lancé à sa poursuite, Mehdi et notre suspect s'engagèrent alors dans une course burlesque dans les allées du bâtiment.

Notre Hercule Poirot marocain, faisant malheureusement les frais de tous les open-bar/bouffe/herbes aromatisés de la campagne, fut contraint d'abandonner sa poursuite, laissant ainsi son suspect s'échapper.

Lorsque la Rédaction l'interrogea sur la description de ce dernier, il fut très précis : un homme de petite taille, aux alentours de 1m58, entre 20 et 22 ans avec des petits yeux sournois dissimulés par une peau anormalement plissée, et arborant une coupe au bol.

Quelles furent les motivations de cet homme? Etait-ce un agent étranger à la solde de l'ESC Cergy pour saboter l'AA, un simple IS devenu fou à cause du sévère embargo sur les nems au poulet orchestré par le RU ou encore le demeuré Jeff Bitton cédant une fois de plus à son penchant schizophrène? Nous le saurons probablement jamais. Quoi qu'il en soit, la Rédaction vous conseille de rester sur vos gardes, car le prédateur rôde toujours…

IX