logo SV

Sortie Vauhallan

Tabloïd à la gloire de la liste BimBimGo
Dans 1 an et 334 jours, Une nouvelle ère s'ouvrira

<<< >>>

QTBOLOSSES (2)

Le 11-06-2015 à 23:52

Si l’on se plait à citer les Marvel’US comme le meilleur BDE depuis 10 ans©, vous, les Quarter Black’Out, ne serez pas relégué aux poubelles de l’histoire pour autant. Vous deviendrez pour les générations à venir l’épitomé de la toute-puissance d’un BDE gargarisé de son importance, ruisselant d’orgueil et coupable d’un sectarisme parfaitement inadmissible pour l’association de tous les étudiants.


L'image que tout un campus gardera de vous, en dehors des listeux ayant joué au même jeu que vous, d'ailleurs les seuls à vous trouver fréquentables, ce serait celle de votre indolence, du haut du C4, à toiser et vous moquer des quelques 1A qui s'attardaient sous vos fenêtres pour jouer au bode, dans votre jargon. Dès l'accueil admissible, vous vous donnez en spectacle et bandez les muscles de votre suffisance ; combien d'admissibles auront pensé que, résolument, les clichés sur les connards d'HEC étaient vrais ?

En septembre, Nous vous retrouvons à animer du bout des lèvres une semaine d'intégration moyenne, avec pour seule motivation celle de faire la gueule et avoir l'air ennuyé par l'importante charge qui vous incombe. Nous retiendrons surtout votre collusion malsaine à Vidécom donnant une raison d'exister à Judith Lopez-Kauffman lors de « l'inté Vidécom » où elle trouvera un excellent moyen de brûler ses haillons d'ancienne présidente de liste BDA, malgré les protestations de Sofyan Fortas sur cet événement déplorable. S'ensuit le WEI de la discorde : après quelques jours chèrement payés pour ne pas boire, ni manger, la logistique n'ayant jamais été votre point fort, vous revenez tout penauds, vers les 1A, pour leur demander de payer gentiment leur caution car le directeur a été vilain. Devant la levée de bouclier, vous adoptez la technique Lascar'Naval, vos « illustres » ancêtres ; vous fermez vos gueules, montrez les dents pour montrer que vous êtes quand mêmes badass et raquez piteusement. Voilà qui donnait le ton.

Car après avoir payé sa cotisation, le campusard espère un retour sur investissement, bourgeoisement. Difficile pourtant de voir où sont passés les précieux deniers. Les POWs, oui, si l'on fait abstraction du moquettage aléatoire, du service Starshipien, l'humour en moins. Sans la licence IV, les soirées auront tout d'une boom de collège. Les animations alors ? Non plus. La semaine Harry Potter, un manège acheté pour la paix sociale et un hypnotiseur qui ne parvint pourtant pas à Nous faire oublier votre grave manque d'implication dans la vie du campus. Vous restez reclus dans votre tour d'argent, entre bodes, et condescendez parfois à honorer l'humble 1A d'un regard las. La campagne fut pour vous l'occasion de sortir de votre léthargie pour vous faire mousser auprès des listeux et leur dispenser vos si précieux conseils. La modestie manque de peu de vous étouffer. En somme, seule votre gestion fort aléatoire de la caisse et le déficit des Lascars, derrière lequel vous vous réfugiez volontiers, peuvent expliquer le prix de la cotisation, et la faiblesse de vos animations.

Mais qui est précisément ce « vous », ce « eux » que l'on vilipende ainsi ? Il ne s'agit pas du BDE dans son intégralité, certains de ses membre sont soit inoffensifs, tel le placide Salah, ou totalement superflus telle Sybil Obala, qui aura bien du mal à faire croire aux futurs listeux qu'elle n'aura pas volé son pull à son petit ami, Rémi Duvoux, pour entrer gratis. Il y a tout d'abord les grosses têtes, Cloé Benyamine en tête, la so powerful vice prez palliant le manque de sérieux de son président qui mena sa liste, puis les 1A à la baguette, pour satisfaire un besoin viscéral d'importance. Il y a les méprisants, tels Alexandre Duguet, le quota sympathie de l'association par définition ouverte et amicale, avec ses remarques méprisantes et sa constante antipathie. Et comment oublier Juliette Amoudry, inventant pour son bon plaisir le poste de vice-prez démarchage, qui n'aura pas été foutue de dénicher un parrain de promo parmi les entreprises.

Nous n'avons ni la patience, ni l'envie, de continuer plus longtemps cette litanie. Nous résumerons donc votre inactivité à l'action conjointe de votre orgueil déplacé, suite à une campagne gagnée par défaut et des cooptations sans risques. Vous jouez la carte du BDE smicard, le minimum vital, les POWs, un boom, trois anims, et voilà. Panem et circsensem, encore et toujours. La faute également à un manque chronique d'unité dans les projets, sauf celui de vous saouler entre vous, dispersés que vous étiez entre vos associations respectives. Vous n'aimez que vos amis, et vos serviles suivants, et il fallait être l'un, ou l'autre pour avoir votre intérêt. Il n'aura ainsi pas été rare de rencontrer un 1A qui ne vous aura jamais parlé en un an, et ignore tout de vous. Douce ironie pour le BDE de bodes par excellence. En somme, vous avez succombé aux sirènes de la facilité en vous cachant derrière votre capuche, votre supposée boditude et le déficit hérité du précédent BDE. Vous n'espériez quand même pas vous en tirer à si bon compte ?


Que ces modestes articles servent d'avertissement au BDE actuel, à tout futur listeux, et au campusard moyen. Le statut n'accordera jamais de passe-droits, ni d'excuses. Vos actions ne revêtent pas l'importance dont vous vous croyez investis lorsqu'un pull tombe sur vos frêles épaules. Cela se mérite. Être au BDE comporte de nombreux avantages, mais il faut en payer le prix par un travail opiniâtre et souvent ingrat. QTBO, Le campus n'oubliera pas vos frasques, et Nous non plus. Nous n'oublions jamais.

Adieu. Que la césure vous porte conseil.

VI